Pennes-Mirabeau Cadeneaux RUGBY
Toujours plus haut avec panache !

Le calendrier nouveau est arrivé !!!

Nous sommes en HONNEUR !!!
Ne gambergez pas, on tirera notre épingle du jeu .
Cela règle toutes les interrogations concernant la réserve (B obligatoire à XV)
MOBILISEZ tous vos potes , tous ceux qui voulaient arrêter , qui se posaient des questions !!!
Il faudra être là , investi à la reprise.
Dispo comme d'hab. si vous avez des questions
On va se gégaler : 4 derbys marseillais, cependant nous ne joueront pas contre Pierrot.

Info entraînements : Reprise Mardi 13 Août à 19h00
La semaine 2 , de reprise , entraînements les :
- Lundi19/8
- Mercredi 21/8
- Vendredi 23/8

P/o Nourdine
 

Appel à candidature !!

Si vous avez de 18 à 30 ans  et que vous souhaitez bénéficier d'une formation diplômante , 

le Club vous propose la formation BPJEPS, véritable diplôme d'état.
Les avantages :
- La formation est rémunérée et a une durée d'un an :
   
Age de l’apprenti
Salaire
18 à 20 ans
43% du SMIC
21 à 25 ans
53% du SMIC
- Aide de 500€ pour financer le permis de conduire
- Acquérir des compétences pédagogiques
- Apprendre à établir un projet de jeu et d'entraînement
- Devenir un agent de développement qui soit capable de monter des projets :
  - D'intervention en milieu scolaire
  - D'intervention dans les centres sociaux ou de loisirs
  - Toutes interventions innovantes.
Conditions :
- Démontrer un goût pour l'éducation des jeunes (animation rugby à XV notamment)
- Satisfaire aux épreuves des exigences préalables permettant de monter des projets (qualités relationnelles , fiabilité , rigueur , connaissances bureautiques , etc ...)
- Réussir au test d'entrée organisé par "Profession rugby"

Ces formation sont dispensées à Aix les Lundi et Mardi (615h) 
De plus le candidat interviendra pour le compte du Club les autres jours (938h)

Veuillez adresser les candidatures au Club : rugbypmcadeneaux@orange.fr  avant le 1er juillet
 

Michel Drucker me voilà…

Y'avait la place pour passer encore ce tour, nos joueurs s'y sont pleinement employés pour y parvenir mais force est de constater que cela n'aura pas été suffisant. L'envie, le courage, le plein engagement ne rattrapent pas une touche défaillante et des choix de jeu certes spontanés mais pas forcément adaptés. La spontanéité ça se travaille comme le reste d'ailleurs..!
J'ai deux infos importantes à faire passer: Samedi 25 mai, à partir de midi, rendez-vous chez Cyril pour une pool-barbecue party histoire de clôturer la saison par quelque chose que l'on maîtrise très bien L'APERO !
Et la deuxième info c'est que si on met la tête à gitano avec les jambes à Steven on obtient Conchita Wurtz.
C'étaient les deux infos essentielles qui me semblaient importantes de donner.
Maintenant, en 100, 200, 300... je ne sais pas combien de résumés de matchs j'ai pu faire au cours de ces dix dernières années, mais j'en ai balancé de l'info. Etaient-elles aussi importantes que ces deux là ? Je ne sais pas, mais permettez-moi de le croire. Comme permettez moi de croire que dans ma vie de rugbyman j'ai été un coéquipier "sympa", un entraîneur "passionné" et un dirigeant "dévoué".
D'accord, si j'étais assez souple je me ferais presque un bisou au kiki. Que ce soit clair, c'est avant tout un problème de souplesse, pas de dimension !?!
Passons...aujourd'hui, qu'il est temps pour moi d'écrire le postlude de mes dimanches au rugby, j'aurais aimé atteindre le sommet de mes narrations mais ça m'apparaît compliqué. Manque d'inspiration ? Usure intellectuelle ? J'ai déjà tout dit..? Je suis désolé…
Je ne sais pas si je suis un homme bien mais la seule dont je suis sûr, c'est que sans le rugby je serai pire !
Alors, sans faire affront à ce groupe avec qui j'ai partagé ma dernière saison, votre histoire est en marche, vous êtes des "talents en devenir" mais, égoïstement (par facilité ?),  j'ai envie de mettre ci-après une adaption du résumé que j'avais fait en mai 2010 car je trouve qu'il est (pour moi en tout cas) à nouveau de circonstance ...

L'arrache-coeur 

C'est là, en pleine gamberge, que je me rends compte que Boris Vian m'a piqué toutes mes idées de titre. Parce que déjà, cela "m'arrache le cœur" de savoir que je suis en train d'écrire mon dernier édito relatif au "sportif" de cette super saison, mais aussi je réalise que j'aurais bien titré " J'irais pisser sur vos tombes" !?!
Donc, côté sportif, un arbitrage moyen, un adversaire coriace et une défaite amère 18 à 6. Je pense que ça suffira comme résumé sportif..?
Côté explication des titres, je sais, enfin je crois ? J'espère, je pense, je suis sûr que cet arrêt brutal (mais prévisible ?) a été un crève-cœur pour nous tous. Et savoir en plus que pour plusieurs des présents c'était une dernière et bien j'en aurais presque chialé..! Toutefois, la vie continue - bigre - mais en plus on a plein de choses en plus a raconté...
Le manque de fiabilité des nouvelles générations, la nervosité chronique de certains, l'addiction aux dragibus des coaches, qu'on peut bien dormir aux chiottes ou sur un parking,que même si on n'a pas été foutu de faire un cagoulin, quand tu es cagoulin à vie, tu es cagoulin A VIE !
Là je n'adapte plus, c'est mon texte d'époque : L'exercice des gifles avortés, la roulade berbère, l'engatse arménienne, le suspens kabyle, la crise des 30 ans cheminotes, celle des 40 gitanotes (oh ça va, un peu d'humour diantre !), les coquillages la veille de match, le cagoulin, les restos, les parigots, les nouveaux, les vieillots, les très vieillots...les CADENEAUX !!!
Ne vous en faites pas, je n'oublie pas ce qui restera à jamais le point d'orgue de cette saison: LE BOUCLIER !!!
Un dernier défi que beaucoup s'étaient fixé, un objectif inavoué pour tout le monde, un résultat mérité et dont on parlera longtemps...
Et c'est donc pour ça que, a vous mes amis, mes frères d'histoire, je me dois bien d'aller pisser sur vos tombes le moment venu (je vous invite à me rendre la pareille d'ailleurs) , et le plus très tard possible évidemment, pour reparler de cette saison qui restera pour ma pomme la plus belle après ma bourgeoise...
La vie normale reprend déjà
 

Viva Las Vegas

Nous appréhendions ce 32ème de finale contre le vice-champion d'Occitanie sans crainte mais tout de même avec prudence...cette victoire 80 à 0 contre Andorre peut laisser à penser que nous avons eu tort mais en fait non…
Si c'est une équipe amoindrie que nous avons affrontés (chacun ses priorités après tout), nous pouvons nous satisfaire d'avoir respecté notre plan de jeu et ce malgré un vent terrible, terrible à en recalotter un circoncis en train de pisser !?!
Alors, après cette victoire retentissante comme un glaçon projeté dans un verre vide, quels sont les "pour et les contre" très objectifs, car d'après moi-même, de ce dimanche ?
POUR : tout le monde (sauf les absents !) était à l'heure au rendez-vous malgré que celui-ci était très tôt.
Contre : et c'est bien la première fois de l'année bande de foireux.
POUR : les voyages forment la jeunesse allez hop, c'est parti pour 3h de route...
Contre : 3h de route dans un bus qui se prend un vent à 200 km/h ça te file plus le mal de mer que ce que ça t'estompe les rides. 
POUR : au titre des premières de l'année, c'est la première fois que nous avions un bus "confortable" et Camille y était très bien installé...
Contre : ...un peu trop bien installé même, car au retour il a fini assis, tranquille, le verre à la main et les baloches à l'air ! 
POUR : malgré ce vent terrible nous avons été bons en touche.
Contre : en même temps y'a eu deux touches dans le match. 
POUR : un des charmes des phases finales c'est de jouer en dehors de son territoire, de découvrir de nouveaux stades.
Contre : quant la propreté des douches et l'état du terrain font dire au délégué que c'est inadmissible tu regrettes ton petit chez toi.
POUR : nos joueurs et leurs bergères sont complémentaires.
 Contre :ils jouent, elles encouragent. Ils boivent "trop" après le match, elles picolent "trop" avant !?!
POUR : Pierrot est rentré de vacances pour le match.
Contre : il a du rentrer précipitamment car il n'a pas eu le temps de décrocher la caravane.
POUR : 12 essais c'est plutôt pas mal.
Contre : même si Loule n'a pas marqué et que ses collègues ailiers le traquent.
POUR : Nourdine a distribué les maillots avec l'émotion appropriée à un match à élimination.
Contre : Après il a quand même dit "gros" à tous les joueurs !!!
POUR : le Danjou a fait un méga reportage photo et a ramené assez de victuailles pour nourrir tout le département . 
Contre : lui je me demande s'il ne va pas nous demander des saloperies sous peu, je l'ai clairement entendu employer dans la même phrase les mots "Cyril" et "sucer les boules" !?! 
POUR :le Danjou a donc fait des centaines de photos.
 Contre : mais heureusement que j'étais là pour immortaliser le kidnapping de Elvis !
 

On connaît la chanson

L'équipe s'est offerte un 32ème de finale après sa victoire 16 à 0 à Sorgues.  Il m'est difficile d'écrire "belle victoire" tellement ce match ne mérite aucun qualificatif !?! Ce fût un match insipide, tout sauf beau, à l'opposé du cul de la boiteuse quoi !?!
Je préciserai que dans le ciel y'a les étoiles, qui nous font lever les yeux mais que hier y'a eu nos touches qui nous les ont fait baisser.
D'accord le terrain était dans un sale état, sale mais plus propre que les vestiaires. Oui, parce que quand nous sommes entrés dans les vestiaires, on s'est demandé si la veille il ne s'y était pas tenu les fêtes de Mauléon pour qu'ils soient aussi sales ?
Donc le terrain n'était pas propice aux grandes envolées, un vrai champs de patate, Jeanneton n'y aurait pas trouvé un jonc à couper…
Sinon, il y avait une dame qui a annoncée les équipes au micro. Alors, si Madeleine à des pieds de cochon, après l'avoir entendu scratché tous nos noms, je pense que cette dame à la langue qui fourche ?!?
Je retiendrai aussi qu'elle a ponctué la journée en disant qu'ils attendaient la saison prochaine avec anxiété et je trouve que là, elle a très bien parlé..!
On avait déjà connu des après-midi plus agitées dans cette contrée où tu te demandes si ce qu'ils font dans la chambrette est réglementaire ?
On se serait presque emmerdé, on était dans les arrêts de jeu et le quartier ne risquait pas de brûler enfin, jusqu'à ce qu'un abruti qui avait du lécher une boîte à caca douteuse se sentit obligé de s'illustrer par sa bêtise plutôt que par sa faculté à nous faire une bonne pipe pipe pipe piperade..!
Mais bon, rien de grave, le seul truc qui me gêne en fait c'est de savoir que le curé de Camaret à des couilles et que trois arbitre plus un délégué ça n'en a pas assez pour envisager de le sanctionner !
Allez va, on connait la chanson...
 

C'est vous qui êtes formidables !

La dernière sortie de la saison à domicile a permis à nos deux équipes de démontrer tout leur talent avec des victoires 57 à 5 pour la réserve contre Orange et 49 à 19 pour la une contre Saint-Saturnin.
Et en plus - ah les cons - vu que c'était aussi ma dernière sortie à domicile d'une vie de rugby commencée ici même un jour de septembre 1984, le club s'était paré d'un SPLENDIDE t-shirt pour me dire merci.
Alors d'accord, un t-shirt où il est écrit "merci Gijou" ça se porte en toutes circonstances : mariage, barmitsva, premier rencard...mais quand même, c'est super gentil de l'avoir fait et en plus, en plus, j'ai eu droit à mon t-shirt personnalisé.
Mais là, ça a été l'occasion de me prendre des moments de vexation toute l'après-midi. Déjà parce que il y est écrit "le seigneur des Cadeneaux", comme si quelqu'un pouvait ne pas le savoir !?!
Et puis parce que la photo de ma gueule est belle (voui on n'a eu de cesse de me le dire).
Tu veux pas rire toi ? 35 ans de rugby pour finir avec une belle gueule. N'importe quoi, surtout qu'au départ euh...voilà quoi !
J'ai voulu expliqué dans mon précédent résumé que le meilleur dans le rugby (pour moi en tout cas) c'est quand tu joues et j'en reste convaincu. Mais en 35 ans, que ce soit sur le pré ou à coté, que de rencontres fantastiques et éclectiques : des illettrés, des diplômés, des nains, des gros, des vilains et des beaux.
Des gitans, des culs blancs, des rebeus, des hébreux, des ricains, des rouquins, des parigots et des gens normaux.
Des profs, des philosophes, des mécanos, des cheminots, des avocats, des magistrats, des kinés, des condés, des toubibs, des scribes, des chirurgiens, des électriciens, des praticiens et des bons à rien.
Des philanthropes, des misanthropes, des bons copains, des contacts sans lendemain, des foireux, des audacieux, des amis de toujours et très souvent de l'humour.
Fin du passage mièvre…
J'ai oublié la semaine dernière de féliciter Big pour ses deux planchettes tonkinoises qui ont fait avorter deux essais franchement, nous qui avons pour ambition de le faire voler, ses interventions aériennes m'ont rassuré sur son potentiel aérodynamique.
Et sinon, pour reparler d'hier, alors que bon an mal an je tentais de regagner mes pénates, en arrivant sur le parking j'y ai rencontré Calu qui me dit que Cécé récupérait tant bien que mal allongé à côté de sa voiture. Okay, je vois le genre, pas tout le monde est apte à escalader une cheminée après l'apéro enfin, j'me comprends.
Le temps de négocier pour le convaincre de dormir dans le coffre de son utilitaire, quelques charmantes compagnes de nos non moins charmants joueurs sont arrivées.
Bon j'écourte, mais ces dernières dont je tairais le nom vu la teneur de leurs propos - une notamment - ont soutenu que Calu avait le plus beau cul du vestiaire, je cite : " Calu c'est la Beyoncé du vestiaire" !
Non franchement Ju, je ne sais pas ce que tu racontes à la maison mais Shakira a un plus beau boule que Beyoncé !?!
Et à en croire Julia, c'est Renaud qui à le plus beau bombu !?!
Waouh, on se languit déjà le prochain entraînement et la prochaine douche…
Bravo pour vos matches, bravo à Tchoutchou pour son investissement tout au long de la saison et à part lui, tout le monde sait qu'il sera encore là l'année prochaine.
L'histoire continue...
 

Explication de texte

P'tain, l'a pas fait froid hier hein !?! L'a pas fait froid et en plus y'avait de la musique, c'est plutôt sympa pour passer un dimanche de mars, j'écrirais même que ça pourrait largement suffire pour passer son dimanche de mars.
Après nous...pas nous, vous avez eu en plus la chance de faire un match de rugby dans ces conditions.
Le joueur repenti que je suis peut affirmer que le rugby est plaisant à regarder, bandant à vivre mais il n'est jouissif que lorsqu'on le pratique.
Et oui, comme le chante si bien Big : "si tu n'as jamais joué comment peux-tu comprendre qu'on ait le cœur serré lorsque revient septembre ? "
D'accord, faut être un vieux con pour écrire ça mais quand tu n'as été que joueur tu n'en a pas encore conscience.
Mais pour quoi je raconte ça moi ?
Ah oui ! Hier nos deux équipes ont perdu à Noves : 31 à 7 et 27 à 0.
Notre réserve a démontré plus d'enthousiasme que notre équipe première qui était peut-être restée sur la sinistrose de dimanche dernier ?
En tout cas c'est dommage de ne pas avoir mordu ce dimanche à pleine dents comme l'on tète sa mère/femme/pouce/clope (garder l'exemple le mieux approprié) à pleine bouche !?!
Voilà, deux défaites au score lourd alors que l'on pouvait faire mieux, que l'on sait faire mieux.
Même si nous avons deux équipes, nous sommes un club, donc mes appréciations ci-après concerneront tout le monde même si..oh non, nous sommes UN club.
Donc tout n'a pas été mauvais…Le bon: nous avons été valeureux ( valeureux: adj. masc. - qui a du courage, des valeurs. Valeur: nom fém. - ce que représente quelqu'un ou quelque chose, financièrement ou symboliquement. Financièrement: adv. - avoir de la caillasse, des belins, des craquants, du pognon...pour offrir une rôteuse à ses partenaires. Je ferme la parenthèse. Parenthèse: nom fém. - qui apporte une précision à un texte).
Le moins bon ou pas fameux en tout cas: la déficience en touche avec une propension aux mauvais choix non ? Je pose la question ?
Les choix de jeu n'ont pas toujours été opportuns et les attitudes encore moins. Du moins, je me pose la question ? 
On a toujours tendance à chacun vouloir dire la sienne, attention je m'entends, dire la sienne dans le style "conseil" pas "caca nerveux" mais le résultat est le même. On se disperse alors qu'il faut plutôt se retrouver dans le jeu, fermer sa putain de gueule et s'investir dans l'ouvrage...sans cesse se remettre sur l'ouvrage. Ouvrage: nom masc. objet résultant d'un travail.
Faudrait aussi que les leaders s'affirment et que les autres les reconnaissent, les acceptent. C'est pas clair peut-être ? Voir même obscur..? Alors y'a les leaders par "obligation", poste oblige, ce n'est pas de moi mais la colonne vertébrale d'une équipe s'est l'axe 2, 8, 9, 10 et 15. Puis y'a les leaders par "implication", s'est l'axe 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22 et je pourrais encore allez loin comme ça, au moins jusqu'à Vic-Fezensac.
Toutefois, ces quelques lignes ne sont pas des reproches mais juste une invitation...
D'ailleurs vous avez tous été bons et si je devais donner une note au match ce serait contre-ut. Contre-ut: nom masc. - Do plu aigu d'un octave. Aigu: adj. - qui s'oppose au concept de grave.
 

gardons le sourire

La réception de Digne nous a offert des fortunes diverses : victoire 17 à 14 en réserve et défaite 17 à 19 en une.
Notre réserve nous a régalé d'une belle prestation avec des joueurs au service du collectif et plein d'envie. La même envie que pourrait avoir :
Corentin devant Call of duty : sortie d'adolescence oblige;
Théo devant une entorse du genou de miss univers : professionnel mais y'en a marre des rugbymen;
Big devant des chips : et n'oubliez pas la bière s'il vous plaît;
Léo à une soirée étudiante : école d'infirmières oblige;
Tchoutchou devant un train : un arrière train plus précisément;
Le Danjou devant un trou deux balles : au golf quoi;
Chou devant un alambic : et n'oubliez pas les chips s'il vous plaît;
Bastien devant un mégaphone sans pile : histoire de hurler son silence;
Momo devant sa bourgeoise : ou devant un apple store, mais plus sa bourgeoise quand même;
Robin devant un billet d'avion pour Amsterdam : Kingston ça peut le faire aussi;
Quentin devant une caravane en carbone : car c'est léger et solide comme matériaux;
Boris devant Chou : ou derrière Chou de préférence;
Cédric devant un peignoir : un boulard des années 80 peut faire l'affaire;
Odin devant sa biche : ou même dessus maintenant qu'il a maigri;
Axel devant l'OM : faut bien bander pour quelque chose à son âge;
Camille devant sa photo de quand il faisait de la natation : il a depuis gagné en maturité mais perdu en apparence physique.
Notre équipe première a aussi livré un bon match, avec une défense acharnée, des lancements de jeu en première main intéressants mais des choix parfois douteux enfin, c'est ce que j'en dis. Et puis en face, nos adversaires ont plutôt bien joué les coups et ont su profité pleinement des occasions de scorer que nous leur avons concédés enfin, c'est ce que j'en dis.
Cette défaite nous condamne à ne plus jouer les deux premières places et là, en plus, c'est une défaite qui te déprime pour la semaine…
Aussi, il serait de bon ton de chercher du positif dans le négatif car ça ne reste que du sport, ce n'est pas comme si ta femme t'avait offert le bouquin "le sexe pour les nuls".
Non, ma femme sait que je lis très peu !?!
 

Bravo

Belle victoire 50 à cherche lors de la réception de Pierrefeu. Maintenant, sans cesse en recherche d'originalité pour narrer nos exploits, je vous propose ci-après le résumé des matches du CA Pompadour dont les deux équipes ont reçu Issigeac le 24 février dernier. Vous n'avez qu'à mettre les noms de nos joueurs et hop, c'est quasiment tout pareil à d'habitude. Encore bravo à nos joueurs et à ceux de Pompadour..!

La venue d’Issigeac à Pierre Villepreux était l’occasion pour les deux équipes de Pompadour de rester au contact de Riberac voir de le devancer.
Parfaitement réalisé avec la conjugaison des défaites des ribéracois au Lardin et les victoires bonifiées des Pompadours.
Comment se sont déroulés les deux rencontres sur un terrain en parfait état gorgé de soleil.
En réserve la cause était entendu après 20 minutes. Avec trois essais d’Antoine Boizet, Kevin Valaize et JB. Lescale et les transformations de Baptiste Riffaud. 19 à 0. Même si Lafosse réussi un bel essai que transforme Sylvestre pour les visiteurs, il y a un fossé entre les deux formations, ceci malgré de nombreux absents au CAP. Antoine Boizet ira de son doublé avant la pause. 24-7 score à la mi-temps.
Dès la reprise Fabien Boisset va derrière la ligne pour un essai perso. Baptiste Riffaud transforme. Puis c’est au tour de Thierry Cépiere pour une course de 60 mètres le long de la touche tel un 3/4 aile. Vincent Brasse va passer en revue une partie de l’équipe adverse et Baptiste Riffaud porte le score à 43 – 7 à l’heure de jeu avec les transformations. Deux nouvelles réalisations des capistes  transformées par Aalexis Sauviat bouclent le score. 57 à 7 au final. Parfait.

Comme à l’aller les issigeacois résistent aux locaux pendant près d’une heure. Même si Stéphane Dufaure perfore la défense à la 10eme minute et Alexandre Buffiere transforme. Les verts et rouge n’arrivent pas à se sortir des griffes visiteuses. Ils concèdent même une pénalité à la 20 ème minute par Chauveau. 7 à 3 sera le score à la mi-temps. C’est dire combien cette première période a été difficile pour le CAP.
Coriaces ces gens de la Dordogne qui répliquent joliment aux initiatives locales. C’est vers l’heure de jeu que tout bascule. Fatigués les visiteurs craquent ! Les essais se succèdent pendant cette fin de rencontre. Ils seront au nombre de 5. Tout d'abord Aubin Doussaud, qui à quitté son poste à la mêlée pour l’aile des 3/4, va faire parler sa technique et sa vitesse. Raphael Limao à 2 reprises avec des courses déroutantes, Louis Escuriol un jeune ouvreur très prometteur et Arnaud Puydebois toujours très affûté au sifflet final enfoncent Issigeac. Alexandre Buffière réalise encore une très belle prestation en réussissant des transformations difficiles. 40 – 3 au final pour un succès bonifié.
Belle journée pour les couleurs de Pompadour qui place ses deux équipes juste derrière l’intouchable Causse Vezere .
Donc tout se jouera le 10 Mars à Ribérac pour savoir qui des locaux ou de leurs visiteurs va terminer second en vue des phases finales.
 

Alerte météo

HEIN ? Que se passe-t'il ? C'est où déjà que l'on joue ? Antibes ...dans le Var ? Non, dans les Alpes Maritimes. Ahhh, mais plus côté Alpes ou plus côté maritime ?
Pourquoi je demande ? Parce que j'ai reçu une alerte avalanche pour Antibes !?!
Alors moi, naïvement, j'ai tout de suite imaginé 12 mètres de neige fraîche, bien fraîche. Tout le contraire de l'haleine de Pierrot un lendemain de bringue.
De quoi encore Pierrot. Mais non j'ai rien contre lui, mais il est cagoulin à vie et le cagoulin est mort alors il est de mon devoir de souligner régulièrement pourquoi il conserve ce titre déshonorifique.
C'est certain que pour souffrir la comparaison avec la fraîcheur j'aurais pu évoquer les aisselles de Big, les pets de Fabien ou encore les anciennes dents de Momo !
Donc, quand j'ai lu avalanche j'ai d'abord pensé météo mais, rapidement, j'ai compris que cette alerte ne concernait pas la neige, mais qu'il s'agissait bien d'un message pour m'alerter de catastrophes pas forcément naturelles…
D'emblée, a résonné dans ma tête ce magnifique hit musical des années 80 interprété par Avalanche : Johnny Johnny come on...je ne mets pas le lien YouTube mais franchement vous pouvez foncer. Ce titre est lancinant comme les marronages d'Alex depuis quelques semaines.
Après, quand Nourdine est venu s'enquérir des performances de la réserve et a - pêché capital oblige - renversé la boîte de dragibus et que, dans la foulée, Guilhem est arrivé pour me dire qu'il avait fait tombé la boîte de la une j'ai pensé "elle est là l'avalanche". Un enchainement de catastrophes qui laisse peut-être présager que, je ne sais pas moi, on risque d'avoir un arbitre qui manque de sucre ?
Oui je sais, c'est redondant que j'accable l'arbitre mais, je le jure sur la sobriété de Claude, c'est un peu plus justifié à chaque fois.
L'arbitre en réserve n'a pas été infaillible, mais il a eu le mérite d'être sympathique et notre défaite 17 à 5 n'est pas de son fait. Elle n'est pas non plus le fait de notre manque d'engagement, bien au contraire, mais il n'est pas impossible qu'elle soit due à l'avalanche de foireux qui nous laisse à 13 car ils sont aussi fiables que ce que Corentin sait gardé son calme après une poirette.
C'est donc l'équipe une qui a eu le malheur de subir l'alerte météo avec, non pas une avalanche, mais la foudre qui s'est abattue sur nous en quelques secondes : une pénalité accordée par l'arbitre alors même que les adversaires s'étaient placés pour le renvoi aux 22. Cette appréciation égocentrique comme le jeu de Loule a du coup été suivie par une doléance subtile mais pas vulgaire de Nourdine. Ce qui lui a valu la ire arbitrale, ire matérialisée par un carton rouge, rouge comme la cruche de Ju en fin de match à force de foncer tête baissée dès qu'il a la balle en main.
Bon à l'arrivée 15 à 15, c'est pas Marignan et c'est pas mérité.
Certains auraient parlé de sodomie arbitrale mais personnellement, je n'ai rien contre la sodomie, ni contre les arbitres d'ailleurs, sauf que quand c'est mal fait, il y'en a quand même un des deux qui fait plus mal au cul que l'autre..!
 

Le souci du détail

La jeunesse qui composait majoritairement notre équipe victorieuse 10 à 9 à Saint-Saturnin ne le sait peut-être pas encore mais, dans le sexe, le plus important, c'est le goût.
Le goût, ce petit truc en plus qui te laisse en bouche le souvenir d'un bon moment. Comme le goût d'une victoire acquise dans les derniers instants.
Hein ? Si certains pensaient que j'allais résumer cette belle victoire acquise contre les éléments (le vent et l'arbitre) et avec une ardeur jamais abandonnée en parlant simplement de rugby c'est loupé, vous pouvez retourner sur le site de Steven et Michel !?!
Donc, le goût est essentiel et si vous ne le savez pas, vous bradez votre rapport coïtal - que je vous souhaite aussi fréquent que nos victoires - ou alors vous en êtes déjà réduit à un p'tit missionnaire, la lumière éteinte, les samedis soirs. 
Oui le samedi soir, avant c'était le jeudi mais vu qu'il n'y a plus  PatrickSébastien à la télé le samedi soir faut bien s'occuper…
Attention, j'écris pas ça en connaissance de cause, et puis moi ils me manquent les acrobates et le gadjo qui faisait les tours de cartes. Il était bon lui mais si vous savez qui sait...oh oui, vous savez qui sait !?!
Le goût oui, mais encore faut-il qu'il soit savoureux. Hors de question de descendre à la cave alors que madame revient de sa ballade en poney. Cela serait comme insisté à faire des lancers en second sauteur alors que tu as un vent à 200 km/h dans la gueule. Faudrait être irresponsable.
C'est donc important de se donner les moyens de prendre un maximum de plaisir et, dans le sexe, c'est normal de s'inquiéter du goût car c'est un facteur que l'on peut maîtriser, comme le choix de jeu en sortie d'une mêlée.
Tiens, ça me fait penser à une histoire tout ça.
Big m'a un jour expliqué qu'il était avec une biche depuis un petit moment (plus de 20 minutes quoi), et que n'écoutant que son amour et ses sentiments il lui dit "j'ai trop envie de te bouffer la tarte aux poils".
"Oh, mon grand fauve hirsute, que j'aimerais sentir ta barbe contre la mienne mais, mon colleur de timbre, je pue costaud des escalopes, c'est à faire passer un petde Roukboul pour un brin de muguet".
"Ma chérie malodorante, prends ces (autres) billets et ondule ton corps de sirène jusqu'à la pharmacie située au coin de la rue, j'ai ouï dire par deux collègues de 1ère ligne à l'hygiène douteuse et aux mœurs helléniques qu'ils avaient des produits adaptés à tes petits soucis olfactifs".
"Bonjour madame, voilà, je pue de la pastoufle, vous auriez quelque chose contre ça ?".
"Au revoir monsieur Pierrot, je vous téléphone dès que j'ai reçu votre cialis et la pommade pour le poignet. Oui madame, nous avons ça. Quel parfum le spray Vagiclean ? Fraise, menthe poivrée, chocolat...".
"C'est bon mon ogre affamé, ils avaient effectivement un produit qui parfume les muqueuses, y'avaitfraise, chocolat…"
"Hummmm, j'en bave encore plus, et t'as pris quoi ?"
"Crevette !!!"
Le souci du détail, les gars, le souci du détail pour flirter avec l'excellence...
Vous pouvez vraiment être fiers du résultat de ce match, mais il ne faut pas en sortir sans enseignement.
Le souci du détail, les gars, le souci du détail...
 

Le rugby est un cri...

...qui vient de l'intérieur. Po na ba mboka nionso pe na pikolo nionsoooOOOO.
C'est pas moi qui le dit, c'est Bernard Lavilliers. Grand poète qui est la chanson française ce que la chips est pour l'alimentation de Big : INDISPENSABLE. Bon, j'écris ça mais je m'y entends vachement plus en chips qu'en répertoire de Lavilliers.
Attention, j'écris je m'y entends mais c'est une formule, parce qu'en fait depuis hier j'entends un peu moins bien et ce, malgré mes oreilles paraboliques dont la dimension ferait passer le prépuce de Guilhem pour un museau de tapir. Oui, ça reste grand..!
Hein ? Pourquoi je tends mes seins. Mes pratiques sexuelles ne vous regardent pas. Quoi ? Pourquoi, j'entends moins bien ? Ahhhh, j'avais pas bien entendu…
Euh pourquoi déjà ? Ah oui. Ca a commencé l'année dernière, lors du match contre Bagnols quand Calu a fait ses vocalises quand il a cru qu'il avait perdu son bras alors qu'en fait il n'avait pas bougé. Des plaintes pour tapage diurne ont été enregistrées jusqu'à 25 km du stade.
Déjà là, pas l'acouphène mais une bonne gêne quand même. La même gêne que j'ai eue quand Pierrot a hurlé du fond du vestiaire où il était en train de pisser alors que je ne l'avais pas vu et que j'ai repoussé la porte pour aller sur le stade. Il est alors apparu, avec son bras en écharpe, sa bite-Carlo pas entièrement remballé, le teint pâle et la voix émue : "j'ai eu trop peur que tu m'enfermes pendant tout le match..!"
Nous sommes tombés d'accord que si cela s'était produit, il aurait été double cagoulin à vie et, même si le cagoulin n'est plus, j'aurais proposé que l'on retire son numéro, le 6. Non, le 13, le 12, le 6. Bon, le 23, et que l'on créé le hall of fame du club.
Bon, ce n'est pas arrivé mais je pense que ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne s'illustre à nouveau avec la classe qui le caractérise.
C'est donc le système auditif endolorie que je traînais ma carcasse au bord du pré, à regarder les belles intentions des nôtres.
Endolorie et pas épargné, entre les vociférations mi-tendres / mi-exaspérées de Nourdine pour ses troupes, le machouillis de dragibus incessant de Cyril et Manu qui hurlait toutes les minutes que c'était la 20ème minute, mon ORL allait avoir du taf !?!
Toutefois, cela restait supportable mais, même si je ne crois pas en la théorie du complot ( je sais bien qu'Elvis est mort en projetant son avion sur la moto de Coluche qui chalait JFK devant le pentagone), j'ai commencé à en douter quand Guilhem, qui s'est probablement pris les pieds dans son prépuce précédemment évoqué, faisait des tonneaux à même le sol en émettant des borborygmes accumulés depuis les fêtes dans sa tripasse. Autant vous dire que le volume sonore aurait justifié le port de bouchons d'oreille.
De quoi le port ? A gauche en sortant du stade et suivre Marseille...ah, le score. Victoire 28 à 14 contre Ajaccio.
Avec mon ouïe bien traumatisée, j'ai cru lire sur les lèvres de Fabien qu'il disait à Jérôme "non, il n'est pas dur à prendre, son corps est dur pas mou quoi !?!"
Ouf, il me fallait bien un peu de poésie avant le drame final, le coup de grâce pour ceux à qui il restait au moins un 1/10ème d'audition.
Relevé à 6 sur l'échelle de Richter et à 11 sur celle de Beaufort, j'aime autant vous dire qu'avec toutes ces échelles c'est monté haut.
Quasiment ma chair. Celui dont j'ai fêté la naissance avec une cuite royale digne des plus grands hôtels. Celui qui n'a même pas esquissé un ouin quand à deux ans je l'ai fait tombé de ma hauteur. Toi qui m'a demandé de conserver ton anonymat mais ma fiabilité est du niveau des deux tiers des séniors…
Mathieu. Popo pour tes coéquipiers qui ne savent pas que ce surnom est déjà pris par ton géniteur qui, lui aussi, en son temps hurlait à s'en décoller la plèvre. En même temps il avait l'épaule au niveau de la hanche.
Mais qu'est-ce que c'est une luxation à côté d'un contact dans les airs ?!?
Noooon, ton cri était légitime et certainement justifié, quoi qu'un peu...un peu...vous dites ? Ridicule.
C'est vous qui le dites, moi j'entends plus rien..!
 

Chronique d'une défaite annoncée

Voilà, ça nous pendait au nez telle une goutte au prépuce de Guilhem à l'approche de la frontière ibérique mais dimanche, entre les suspendus, les blessés et les foireux, notre réserve s'est présentée à 12 pour aller défier le premier chez lui histoire que notre une puisse s'aligner avec quelques remplaçants.
Résultats, notre une revient de Tarascon avec une victoire bonifiée 34 à 8 et du mordant retrouvé, alors que la réserve s'est inclinée lourdement 70 à 15 à Bédarrides, mais l'ampleur du score ne reflète pas l'intensité du match et nos hôtes ont reconnu notre plein engagement.
Ce que je regrette d'autant plus, et cela ferait presque couler une larme sur ma joue telle une goutte sur la cuisse de Big un soir de victoire de l'OM, c'est que ceux qui, bon gré mal gré, nous ont mis en délicatesse, les suspendus, blessés et autres foireux, ont montré autant d'intérêt pour les matches de leurs collègues que Claude pour un pastis sans alcool !?!
Mais qu'avaient-ils de mieux à faire... 
 
Y'a Alex 
pour le sexe 
Y'a Roukboul 
une vraie moule 
Y'a JP 
qu'à abandonner
et Momo un salaud
Y'a Santa 
ça va pas
et Philou 
qu'est plus dans l'coup 
puis Robin 
un vaurien 
Y'a Axel 
pas fidèle 
et Pépito 
pas réglo
Steven 
qu'est pas fun 
et Cédric 
pas très chic 
le Clément 
un enfant
le Rémi
à la capitainerie
et le petit
qui regarde Gulli
Amigacciu 
tire son coup

Ah bé merde qu'c'est embêtant
D'être rugby dépendant,
Ah bé merde qu'c'est embêtant
de compter sur des glands.

J'aurais surtout pu, surtout du, parler de ceux qui étaient là car ils ont été beaux, forts, investis, sérieux, appliqués, courageux, PRÉSENTS dans tout les sens du terme, à l'image de leurs coaches quoi !?!
Mais nous autres, les gens "normaux", en plus, nous sommes humbles !
 
https://youtu.be/mluu9VIGifQ
 

voilà voilà voilà...

Ce qui va suivre n'a rien avoir avec les matches d'hier et date d'une époque où je crois que j'avais des choses "utiles" à raconter. Mais avant d'y (re)venir, je dirais que pour hier, la réserve ne méritait pas de perdre et que l'arbitre a été malhonnête à l'insu de son plein gré, quant à la une, elle est tombée sur meilleure qu'elle et que sans collectif, la débauche d'énergie ne suffit pas.
Allez hop, place au passé...
Ce que vous ne savez pas, c'est qu'un rituel s'est instauré depuis maintenant quelques semaines. LEQUEL ? LEQUEL ? LEQUEL ? Ooooh, vous me gênez mais ça va, j'en ai déjà trop dit.
Donc, il y a quelque temps de ça, je me suis rendu compte que Santa avait un rire...un rire...miéseux le rire. Chercher pas la définition de miéseux, cela ne s'applique qu'au rire de Santa. Son rire sonne à mes oreilles comme le chant des sirènes aux oreilles d'Ulysse. Non, mieux, comme le bruit des pièces d'or qui trébuchent aux oreilles de Don Salus. Non non, mieux, comme le mot manger aux oreilles de Big !
Fort de cet enchantement, je m'assure chaque dimanche soir que celui-ci émette ce doux gloussement et, pour ce faire, je lui raconte une petite anecdote de ma vie car oui, ma vie est excessivement drôle.
 
UN EXEMPLE ! UN EXEMPLE..! Deux secondes, ça arrive. Euh...bé c'est comme la fois où je lui ai raconté qu'un soir j'arrive à la maison, ma femme était allongée sur le canapé, entièrement nue, avec une petite nouveauté sur elle. Elle avait un coquillage tatoué dans l'intérieur de la cuisse. Mais, mais mais...qu'est-ce ma chérie ?!? Approche mon grand et bel athlète, approche...colle ton oreille et tu sentiras la mer...Gloussements miéseux garanties.
Mais ça c'était il y'a un petit moment déjà et, rituel oblige, il m'a fallu remettre ça ce soir. Alors, je lui ai raconté la dernière fois que j'ai été au ciné avec Big. Je ne sais plus quelle merde nous avions été voir mais ça n'a pas d'importance, par contre le "monstre" qui était assis quelques rangs devant nous lui est important. Y'avait un zigue tellement costaud que le gros Tom à côté il ressemble à Passe-partout, et voilà pas que Big il me dit: "je te parie 10,00 € que je vais lui filer une mornifle et qu'il me crève pas." Tenu..
Et voilà Big qui se lève, tranquille, qui va derrière antérak 69 et lui colle un pastisson à pleine main gauche ouverte. Le gonze, il vibre de la tête aux pieds et se retourne véner quand Big lui hurle "Oh Vincent". "Je m'appelle pas Vincent." "Oh putain, excuse-moi je t'ai confondu avec mon pote Vincent, vraiment désolé." Comment perdre 10,00 €.
Allez, le film commence que Big me glisse: "je te parie 50,00 € que je lui file de la main droite ce coup-ci." Tenu...
Et c'est reparti, Big se lève, placide, va derrière mammouth 2000 et vlan, une schiaffe à plein pogne ouverte de la droite, le zigue qui vibre , qui se retourne le poing armé et Big: " Oh Vincent !!!", "putain je t'ai déjà dit que je m'appelle pas Vincent, "ah merde, je suis vraiment confus, tu ressembles trop à mon ami Vincent." Et hop, 50,00 € de paumer.
Un peu excédé, Colossus se décide à aller se foutre au fond de la salle pour se guincher son film enfin peinard. Et là, l'ami Big il me dit: " je te parie 200,00 € que je vais y faire le doublé, gauche-droite en simultané." "T'es mort man, je t'en parie 500,00 si tu veux". Tenu...
 
Il se lève, va derrière Schwarzy au cube et chteubeubeu, le doublé..! "Aaaaarrgghhhhh! ", "Oh Vincent, ça fait deux heures que je quiche un mec devant en croyant que c'était toi !!!"
 
Bon, si vous étiez restés après le match - c'est vrai ça où étiez-vous - vous auriez su que j'ai raconté cette histoire à Santa, déjà parce que un rituel c'est un rituel, mais surtout parce que ses gloussements résonnent à mes oreilles comme le son du pastis qui coule dans un verre résonne aux oreilles de Jean-Fredo.
Ce que vous ne savez pas non plus, c'est que Momo m'a demandé si c'était une histoire vraie, pfffttt, comme si j'étais un mytho...alors si je suis un mytho pourquoi je vais écrire que vous avez livré un super match plein de volonté, de détermination, de courage, de respect.
 
Je vous parie 560,00 € (ouais j'ai des dettes) que vous pouvez le refaire !!!
 

brouillard vous avez dit brouillard

It was a Sunday with a shitty weather, like a august fifteen in England…
La réserve a perdu 14 à 12 contre le RC les Plages avec le sort qui s'est quand même acharné sur notre équipe. Le sort et un arbitre peut-être incompétent. Pas méchant, pas partial. Incompétent.
La réserve a tenté vainement d'aller à dame mais nos fidjiens - p'tit Rémysilevu et Pépitarawa  - ont été en manque de justesse dans leurs gestes offensifs. Tout le monde aura traduit shitty weather mais pas tout le monde aura peut-être compris la formule poétique de "manque de justesse" qui signifie qu'ils ont fait de la merde !?!
La première est elle venue à bout du brouillard et de Sorgues sur le score de 21 à 5.
Cette victoire fait du bien à plusieurs équipiers qui avaient débuté le week-end par une défaite :
Santa avait perdu contre le temps qui passe.
Le cuir chevelu de Pierrot avait perdu contre le socle d'une coupe.
Didier avait perdu contre l'administration.
Jérémy avait perdu contre la ponctualité.
Momo avait perdu son sac.
Ju avait perdu contre la balance.
La rillette de thon avait perdu contre Big…
Allez, assez perdu de temps. Bonnes fêtes chez vous !

https://youtu.be/vIfLhwk1yQQ
 

c'est bon ça

Nos réservistes se sont pelés, non pas le jonc malgré la météo pluvieuse, mais une belle et méritée victoire 17 à 14 chez Orange, où les gilets jaunes qui, avec leur blocage, nous ont fait tirer vers le rouge, avant que l'on finisse bleu avec le temps passé dans le bus pour rentrer.
Après cette introduction colorée comme les fesses de Victor quand il a été vilain, il est temps de passer aux pours et contres de ce dimanche.
Pour : Claude est un dirigeant qui a côtoyé dans sa jeunesse les joueurs qui ont fait le grand Bézier.
Contre : la pratique du rugby de Claude se limite aux troisièmes mi-temps, où c'est un client TRES sérieux, mais il n'a jamais joué en club.
Pour : Big a commencé le rugby sur le tard mais, vu qu'il est très vieux, il a maintenant plus de 20 ans de pratique.
Contre : plus de 20 ans de pratique ne sont pas suffisants pour qu'il sache que lorsque l'arbitre siffle une pénalité contre ton équipe tu dois reculer à 10 mètres, nooon, monsieur préfère rester sur place, sait-on jamais, tant il y a une distribution de bière ? En fait, c'est une distribution de tartines qu'il y a eu …
Pour : Momo a été clairvoyant sur une réception de coup de pied.
Contre : la clairvoyance de Momo est aussi éphémère que la durée de vie d'un dragibus dans la main de Cyril.
Pour : avec Théo et Cédric, nous avions deux lanceurs sur le pré.
Contre : avec Théo et Cédric comme lanceurs, il n'y pas eu besoin d'en-avant dans le jeu pour voir des mêlées.
Pour : Boris débute le rugby mais on peut se réjouir de ses qualités de vitesse et de régénération ultra-rapide : entorse à la 20ème minute, retour sur le terrain à la 50ème.
Contre : ses qualités de mutant ne lui permettent pourtant pas de pisser ailleurs que dans un chiotte, quitte à s'en faire péter les reins mais bon, ils doivent repousser chez lui ?!?
Pour : Pépite avait orienté son jeu sur la couverture en second rideau et il faut reconnaître qu'il a plutôt été sollicité.
Contre : si on devait ramener la distance parcourue par ses franchissements à la note technique de la chistera de p'tit Rémy et bien ça serait 0,5. Oui sur 20...
Pour : Amigacciu a lui aussi des qualités de vitesse, de démarrage même, ce qui lui permet d'être efficace en défense.
Contre : mais bon, de là à démarrer au huitième de tour quand une vieille contestataire t'insulte il faut savoir raison gardée.
Pour : avec Corentin, Robin, Robin et Bastien notre équipe est tagada tsoin-tsoin.
Contre : alors qu'avec le Danjou, Chou, Tchoutchou et Amigacciu notre équipe est choubidou.
Pour pour pour : ce dimanche et toutes ses composantes.
 

Remise des maillots chez notre partenaire "V & B"

 
 

nous étions pourtant prévenus

Nous sommes revenus de notre déplacement à Digne avec des résultats mitigés : victoire 24 à 18 en réserve et défaite 27 à 18 en première.
Quels enseignements tirer de cette journée? Oh plusieurs, c'est certain.
A commencer par s'assurer de demander à SUMA de ne plus nous affecter un bus scolaire parce que niveau confort c'est limite, même si cela n'a pas empêché Big de dormir, en même temps il y a deux choses pour lesquelles il est impossible d'empêcher Big de faire : donc la 1ère, de dormir en bus et la seconde, de mettre de la pitance dans sa bouche dès qu'il la détient en main !
Ne pas confondre les gilets jaunes avec des képis bleus quand tu veux couper un rond-point. Certes, ça paraît évident mais pas pour tout le monde et nous, nous avons la chanc...euh le malh...la chan...et nous nous avons dans le club le seul mec au monde capable de cet erreur (à jeun) ! Quoi que, connaissant que trop bien le père de ce dange...euh de ce tête en l'...mmmhhh,  de cet énergumène, je suis en droit de me demander si tout n'était pas calculé histoire d'un peu faire le fringant devant sa biche vu que, sur le terrain c'est pas avec son envie de vomir qu'il a brillé ?!? Bon, Odin, le valhalla n'est pas encore acquis !?!
Même Jésus, qui était pourtant prêt à tendre l'autre joue, sait que dans une bagarre générale tu n'y vas pas pour dire mes frères calmez-vous. Bé Calu, lui qui croit que la bible ne fait pas le moine et que la piété c'est pour dire qu'une fille a lâché une caisse (elle a piété...non mais je n'ai aucune prétention en jeu de mots), maintenant il a compris que s'il veut éviter que la multiplication des pains se fasse sur sa gueule il vaut mieux être agnostique dans cette situation.
Nous savions que la partie serait dure, mais pensions nous qu'en "offrant" un essai dès la première minute, qu'en jouant en infériorité quasiment une mi-temps, qu'en désignant Simon et Axel comme "Jeffrey" pour les retours en bus ça nous faciliterait la tâche ?
Evidemment non, sauf pour le dernier point où ils s'en sont plutôt bien sortis et pourtant la partie là aussi s'annonçait rude.
Peut-être étions nous mieux préparés pour cette mi-temps que pour les autres, en tout cas pour celle-là il n'y a pas eu de passage à vide...
 

des chiffres et des chiffres


Victoire 35 à 20 chez Pierrefeu. Selon les derniers chiffres du ministère de l'intérieur, 70710 personnes sont incarcérées à ce jour en France. Ce chiffre passe à 70724 chaque fois que Pierrefeu joue à domicile (voir photo et n'oublions que eux aussi ont des remplaçants).
Victoire avec 15 points d'écart...15, comme le nombre de km/h au-dessus de la limite autorisée si l'on ajoute les vitesses de Cyril et Momo lorsqu'ils ont déclenché la foudre au 3000 lux...3000, comme le nombre de piqûres de moustique recensées sur Nourdine à la fin du match, piqûres auxquelles il faut ajouter les 42 culicidés gobés lorsqu'il expliquait à tout ceux qui devait l'entendre, qu'avec cette pénalité de Maxence nous étions à  l'abri de 2 essais...2, le nombre d'essais de Gitano dont un avec 4 rebonds. Pas des rebonds du ballon, 4 rebonds de son corps lorsqu'il a plongé...4, comme la note technique donné par l'arbitre à Pépite lorsqu'il lui a dit avant une entrée en mêlée "ne me pénalisez pas, je ne sais pas jouer. Monsieur le 16, c'est pas drôle...16, comme la hauteur du coup de pied d'occupation de Baptiste. Belle hauteur, dommage qu'en distance ce fût moins 5 mètres...5, comme le nombre de lancers foirés par Maxou, mais est-ce qu'on peut considérer que ses 71 placages compensent ces défaillances...71, comme les points de suture que se sont mutuellement offert Fabrice et Cédric en se filant un coup de melon, 2 pour Cédric et 69 pour Fabrice...69, comme la position dans laquelle nos jeunes ivrognes qui bringuent les veilles de match aimeraient finir ces soirs là alors, tant qu'ils assurent le lendemain on dira rien, on dira rien, mais au premier manquement, ils auront droit à zéro mot, si on enlève les insultes...zéro, comme la capacité physique de Maxence de se remettre d'un week-end de frotti-frotta !
 

à y regarder de plus près

La réception d'Antibes a vu notre réserve faire match nul, 10 à 10, et notre première gagner 17 à 15.
Alors, à y regarder de plus près, on aurait pu espérer un meilleur dénouement pour nos réservistes et on se satisfera pleinement de cette victoire étriquée, mais méritée, de la une.
Ouais, à y guincher de plus près, notre B a (de nouveau) manqué d'efficacité à l'approche de l'en-but adverse et notre une a quand même la faculté à se compliquer la vie au lieu de revenir à des choses simples quand il faut se rassurer.
Et puis, à y regarder de plus près, on peut se satisfaire de l'investissement de l'ensemble de nos joueurs même si, à y zieuter de plus près, on a quand même des gonzes bizarres dans ce club...
Théo, un centre qui joue en tronche ou un pilar qui joue au centre ? Un schyzo c'est la seule certitude.
Nos Cédric. Un qui après la douche se met un peignoir tout droit sorti d'un boulard des années 80 et qui, à contrario, a un lancer en touche du futur car avec un mouvement de bras cosinusoïdal, et l'autre qui pour son premier match, se permet de marquer deux essais, soit plus que JP en une carrière.
Pépite qui, après avoir mixé le personnage de Billy le kid du silence des agneaux et de Elisabeth Berkley sur l'affiche de Showgirl, nous a hier mixé l'adresse de François Pignon dans La Chèvre et les départs de Kieran Read derrière une mêlée.
Camille qui a fait un match plein, aussi plein que la fatigue qui remplissait ses yeux...ou non, beaucoup plus. Aussi plein que ses gamma GT un samedi soir avant qu'il devienne daron et que du coup, son manque de sommeil n'était pas du aux mêmes raisons.
Léo a des airs de Momo. Momo avec ses lunettes de soleil a des airs de maître Gims. Faut-il en déduire que Léo c'est maître Gims sans lunettes ? En tout cas il a été maître dans les airs et même plus.
Baptiste confond vitesse et précipitation, c'est ce qu'on appelle un éjecteur précoce.
Steven aime trop taper au fond...euh, taper au fond du terrain quand il cherche une touche pardon.
Fabien s'est plaint d'avoir la gorge sèche après avoir bu trois gouttes d'alcool de menthe, chose qui bizarrement ne lui arrive pas quand il boit trois litres de Captain Morgan !?!
Pierrot s'en sort bien car cette saison il n'y a pas (encore ?) de cagoulin alors il a fait un très bon match mais n'oublions pas qu'il est cagoulin à vie.
Il est aujourd'hui temps de révéler à Odin qu'il était sur la feuille de match avant tout pour faire refroidir sa biche.
Victor a délivré une belle prestation, belle au point que Nourdine lui crie - attention on s'assoie -..."bien Vicky !"
Après avoir entendu ça, j'ai fait un coup d'hypo mais, quand j'ai voulu prendre un dragibus pour faire remonter ma glycémie, il n'y en avait plus. Entre Roukboul qui en mange trois pour deux pas faits et Cyril qui en mange un toutes les secondes impaires c'était la pénurie…
AH ! Et à y regarder de plus près, sur la photo, ce ne sont pas les baloches de Big qui traînent par terre !?!