Pennes-Mirabeau Cadeneaux RUGBY
Toujours plus haut avec panache !

pour et contre

Alors, après ce match nul, 8 à 8, à Bagnols quels sont les pour et les contres très objectifs, car d'après moi-même, de ce dimanche ?
POUR : de se lever à 8h00 pour être à l'heure au rendez-vous ça te permet d'aller chercher ton pain tranquille vu qu'y a dégun dehors à cette heure.
Contre : tu es à l'heure au rendez-vous mais les deux-tiers des joueurs sont en retard mais ils ont bonne conscience car le bus est encore plus à la bourre que eux.
POUR : les voyages forment la jeunesse allez hop, en route pour une cure de jouvence avec étape je vous prie.
Contre : manger à la Flunch du Pontet à 11h15 ça file quand même un coup de vieux.
POUR : avoir un bus avec la température qui s'affiche c'est sophistiqué.
Contre : avoir pendant deux heures affiché une température qui ne dépasse pas 4° c'est barbare.
POUR : Calu était malade mais il nous a gratifié d'un message très prévenant.
Contre : le message disait que, si tu vomis en dormant il vaut mieux être sur le côté sinon tu peux t'étouffer avec ton propre vomi. C'est pas faux, mais ça arrive surtout si tu es bourré échelle 12 de vomir en dormant sans se réveiller.
POUR : se déplacer à deux équipes ça fait plaisir et ça fait club.
Contre : apprendre en arrivant au stade que leur réserve est forfait ça te fait immédiatement détester ton prochain, surtout quand il est de Bagnols.
POUR : du coup les réservistes étaient là pour encourager leurs collègues, ce qui n'aurait pas été forcément vrai si, initialement, leur match n'était pas prévu.
Contre : vu la prestation des dits coéquipiers, il n'y eu presque aucune occasion de se réchauffer avec des encouragements de base comme faire la chenille dans les tribunes.
POUR : Pierrot est arrivé à jeun, ou du moins sans signes extérieurs de surcharge hépatique.
Contre : Pierrot était suspendu, à croire que c'est un dyslexique de l'hygiène de vie pour un sportif.
POUR : y'a un secteur de jeu où nous avons tout réussi.
Contre : ce secteur de jeu c'est celui des mauvais choix.
POUR : Nourdine ne s'est pas "énervé" à la fin du match.
Contre : en fait il ne s'énerve pas deux fois pour un même match et il avait poussé sa gueulante à la mi-temps.
POUR : leur buteur était au moins aussi pourri que la météo.
Contre : notre fond de jeu était au moins aussi pourri que leur buteur.
POUR : nous n’avons pas perdu.
Contre : on a quand même perdu deux bonnes heures de sommeil et au moins six cents euros du budget du club avec cette histoire de B qui est forfait au dernier moment.
POUR : on va tirer des enseignements de notre prestation.
Contre : va-t’on tirer des enseignements de notre prestation ?
POUR : c’était quand même un dimanche au rugby.
Contre : le fait de voler sur le dos pour ne pas voir la misère sur le terrain n’a pas suffit pour permettre aux oiseaux de survivre à ce match.
 

Les faits marquants du 3 décembre 2017

Comme tout les 3 décembre depuis peut-être pas 2017 ans, mais depuis longtemps en tout cas, les chrétiens du monde entier se sont préparés intérieurement à fêter Noël. Alors en quoi consiste cette préparation intérieure ? Et bien je n'en sais trop rien et je vais éviter de dériver vers des propos aux relents malsains ou gras, gras comme les mains de Steven au moment d'allonger une passe...
Les Cadeneaux ont gagné avec bonus, 39 à 12, chez des sanarisiens...des sanariniens, sanarinoisiniens...à Sanary dans un match peut-être pas aussi beau à regarder que Roukboul sur un trône mais, en même temps, existe-t'il quelque chose de plus beau qu'un phénix qui chie ? Et le jour où nous enchaînerons les victoires avec la fréquence à laquelle il décoffre, je pense que Jean-Claude aura assimilé la notion de ponctualité !?!
La conquête a été performante, du moins sur nos lancements, parce qu'en défense, sur touche notamment, il est difficile de contrer un lancer avec la bite même quand on est câblé comme...euh, j'ai pas d'exemple dans cette équipe. Pas d'exemple de joueurs en tout cas, parce que dans le staff, y'aurais certainement, mais assez parlé de moi..!
Revenons-en à ce 3 décembre. Cela fait cinquante ans que la première greffe du cœur a été faite. Magnifique et dramatique à la fois, le patient qui était au match aura survécu jusqu'à hier avec cette greffe, 105 ans c'est beau, mais cet organe greffé qui a traversé le temps n'aura pas résisté de voir gros Tom faire une interception et d'aller marquer un bel essai après une course effrénée de 4m20, distance validée par relevé satellite.
Cinquante ans, c'est aussi la dernière fois que l'on avait vu Santa faire un débordement. Nous ne doutons pas qu'il ne faudra plus attendre autant de temps pour le revoir après son déboulé d'hier.
3 12 2017, en numérologie ça fait, 3+1+2 = 6 que je divise par 20+ 1+7=28, soit 0,2, ce qui correspond au ratio de réussite de Kéké dans ses coups de pied. Mmmh, c'est pas mal si on compare ça à la vitesse de déplacement de Damien. Hein ? Oui, en kilomètres par match.
Renaud nous a fait une Brock James. Non il n'a pas signé à la Rochelle. Non il n'a pas claqué de drop. Non il n'a pas une belle mèche balayée sur le côté, ça c'est Maxence. Il a mis un essai en fin de match en réalisant autant de crochets intérieurs que ce que Pierrot a dormi d'heures pendant le week-end, oui c'est ça, 3.
Séb et Robin n'ont pas commencé leur mois sans tabac, Kouille n'a pas commencé son mois sans marronnage, Gitan a reculé d'une semaine son mois sans prendre de cul, Fa n'a pas commencé son mois sans alcool, Amigacciu non plus d'ailleurs, et Claude non plus, bon la liste est longue et pour le résumé sur la réunion des alcooliques pas anonymes c'est pas ici !?!
Un match sérieux dans l'ensemble avec un passage à vide en début de seconde mi-temps mais suffisamment de caractère pour obtenir ce résultat final qui nous fait du bien.
 

Allons enfants...

Une fois de plus, les éléments n'ont pas épargné nos vaillants écureuils qui, en plus de devoir affronter un froid glacial provoqué par un mistral qui ne trouve d'équivalence que dans la ressemblance entre un entraîneur de ce club et un candidat de secret story. NooOoon j'ai pas écrit que Nourdine ressemble à Jaja ! C'est Pierrot qui dit ça !
Donc, en plus de jouer dans des conditions où ta moelle osseuse gèle, nos joueurs ont eu à en découdre avec des insulaires que Pierrot,  lui-même issu de ces contrées sauvages où pâturent "i muvrini" et Patrick Fiori, taxe de "français"...oui messieurs, dames, c'est aujourd'hui une tare d'être français !?! Enfin, une tare chez les bas du plafond qui sont convaincus qu'ils ont choisi leur pedigree, chez ceux qui ne supportent une équipe de rugby que si elle est invincible et chez les cagoulins à vie.
Remarquez, je me rappelle une époque à laquelle les matches étaient en noir et blanc, non pas à la télé en vrai, c'est juste pour vous dire à quel point ça date. Donc, à cette lointaine époque où je jouais encore, lors d'un match en Corse, nous nous faisions traiter de "sales français" par des spectateurs désœuvrés, ce qui était une première pour plusieurs de mes coéquipiers dont la tête de leur aïeul figure sur le drapeau de ces mêmes corses. Eux qui étaient plutôt habitués à d'autres insultes tout aussi nulles que de tenter une pénalité face à un vent de 140 km/h..!
Attention, je ne généralise pas ce que j'écris, c'est juste anecdotique. Anecdotique, comme le foirage de Steven dans son jeu au pied. Lui qui se démerde à se faire contrer dans son en-but lors du dégagement qui aurait mis fin au match. Après on ne peut pas lui en vouloir, il a quand même offert un essai à Maxence qui n'avait plus qu'à courir quarante mètres et à éliminer quatre défenseurs grâce à ses crochets. Je ne sais pas si au pieu il a le même déhanché mais ça ne m'étonnerait pas de le voir un jour dans un Marc Dorcel celui-là. Mais non je ne regarde pas des boulards, j'ai passé l'âge de ces conneries. Certainement pas comme Victor d'ailleurs, car malgré sa coupe de vieux là, on dirait Pascal Sevran mais en grand le mec, on voit bien qu'il est en pleine émancipation.
Ah merde, je papote, je papote et j'oublie de dire le score et après notre fringante trésorière Denise me fait la gueule, et du coup Claude me fait la gueule parce qu'il n'aime pas quand Denise fait la gueule mais ça, ça ne nous regarde pas : victoire 22 à 8 contre des Ajacciens qui n'ont jamais abdiqué.
Une victoire essentiellement acquise en première mi-temps face au vent, avec une envie non pas retrouvée parce qu'elle a toujours été là, mais une envie d'aller plus loin que nos capacités.
Hop, métaphore explicative sur "l'envie d'aller plus loin que ses capacités" : prenons un petit garçon qui répond au surnom de gros Tom et dont les mensurations sont plus proches de celles d'une planète que de celles d'un mammifère. Celui-ci doit faire plus d'efforts que quiconque pour mettre sa carcasse en mouvement et bien, dès lors qu'il court on peut dire qu'il a été plus loin que ses capacités.
Bon là, c'est un mauvais exemple car, si le surnommé gros Tom a hérité du cagoulin c'est déjà parce que ses coéquipiers sont une belle brochette de bordilles mais aussi, parce qu'il ne faut pas qu'il se satisfasse de quelques courses, pour aller plus loin il faut qu'il bouge plus et surtout plus souvent.
En parlant de bouger plus, j'évoquerais Roukboul qui se tordait au sol dans tout les sens, en maugréant « Fono couillon », alors qu'il venait de se faire tordre le genou par son collègue.
Blessure dominicale régulière qui, alors qu'il était drapé dans une couverture de survie sur le banc, lui a valu de se faire traiter de tacos parce que tout les matches il fini dans l'alu !?!
Je tiens à rassurer sa famille, le « tacos » va mieux. Son traitement à base de pastis en grosse quantité lui a permis de twister en fin de soirée. Ses collègues l'appellent le tacos, moi je l'appelle le phénix car il renaît plus fort de ses cendres. Plus fort, je ne parierai pas une burne dessus mais en tout cas il renaît...
JC est lui aussi allé au-delà de ses capacités, trop loin même, parce que pour une fois qu'il était à l'heure il n'était pas dans l'équipe.
Les conditions météo étaient dantesque, les photos du match que les joueurs recevront seront danjesque, votre prestations a été chevaleresque, perso j'étais mort hier soir et j'ai même pas bu une mauresque et pour conclure de façon rocambolesque je dirais : VIVE LA FRANCE !
 

lien de cause à effet

Dimanche 12 novembre 2017, nos gros mais valeureux séniors se déplacent à Nice pour affronter Antibes.
Pelouse synthétique, grands vestiaires, pas un pet de vent, au moins 22° Celsius mais beaucoup plus en Fahrenheit.
Fahrenheit, nom d’un célèbre parfum dont s’aspergent les jeunes puceaux (pas forcément rugbymen) qui sortent en boîte dans l’espoir d’y perdre leur pucelage. Parfum que Fay’s devrait utiliser pour se laver le fion après avoir fait cacouna parce que là, olfactivement parlant y’a outrage !
Fay’s, traduction orientale du prénom perdu Harpagon, personnage connu pour son avarice. On notera toutefois qu’il se dit que Harpagon ne mangeait pas pour ne pas chier, au contraire de Fay’s qui mange beaucoup - trop même - mais que si c’est gratuit. En 80 ans d’existence, c’est la première fois qu’une Flunch voit un client partir avec un doggy-bag.
Doggy-bag : sac dans lequel on récupère les restes de son repas au restaurant pour éviter le gaspillage et en faire profiter son cleb’s. On appréciera ici l’esprit créatif du sus-nommé qui a inventé le anticipate doggy-bag, c’est à dire je prévois d’en prendre beaucoup plus au cas où un jour j’ai un chien et, au pire, je le mangerais froid même si les frites froides ce n’est pas bon.
Pas bon, résumé synthétique de la qualité de la défense des équipiers premiers lors du premier acte. Cela sera mieux par la suite mais trop tard pour éviter le crash.
Crash, mot qui désigne la relation automobile entre Fabien et Pierrot mais aussi, qualificatif adapté au plongeon du Danjou dans l’en-but pour marquer un bel essai qui venait récompenser un beau mouvement des réservistes qui ont, sur ce match encore, démontré une envie et une pugnacité appréciée et appréciable.
Apprécié et appréciable, expression que l’on utilise pour dire “merci” indirectement : oh ma chérie, j’ai apprécié ce petit massage surprise qui m’a fait le plus grand bien, il est tellement appréciable que je me sens prêt à te faire l’amour pendant des heures (note de l’auteur : il s’agit ici d’une fiction faite à titre d’exemple).
MERCI. Malgré nos défaites 11 à 10 et 31 à 14, force et de reconnaître que l’on peut mutuellement se remercier de l’implication de tous pour continuer à aller de l’avant.
 

en dérangement...

Après plus de quatre heures passées en plein vent j’ai gagné un petit 39 de fièvre, et je me serais bien passé d’être le seul du club à avoir gagné quelque chose aujourd’hui !
Alors désolé; mais je n’ai pas la force entre deux sueurs de vous raconter l’histoire de Quentin et de sa lentille ou encore de Fufu et de sa tête à la Boli version 1993...
Par contre, cette montre a été trouvée dans le vestiaire et je ne peux pas m’empêcher de croire que son histoire est tout aussi incroyable que ça : https://youtu.be/sQbac1cs5I0
Si nos adversaires du jour n’étaient pas meilleurs que nous, on peut en tout cas leur reconnaître que sur ce coup ils ont été plus forts. A charge de revanche..!
 

un goût d'inachevé

Dans la continuité du dernier résumé, je dirais que dans le rugby y'a deux sortes d'hommes, ceux qui jouent et ceux qui critiquent. Moi j'critique ..! Mais est-ce qu’avec cette victoire 24 à 13 contre Tarascon il y a matière à critiquer ?
Et c’est sans rougir que j’écrirais moui, y’a matière. Au moins autant de matière que de miettes dans la barbe de Big après qu’il ait mangé un sandwich !?!
Déjà la météo. Putain Claude, après tes errements de la semaine dernière on espérait une vraie remise en question. Alors quand on te commande un petit 20° avec une bise aussi légère que les vents que se prend Pierrot lorsqu’il bringue,c’est pas un vent glacial qui pourrait faire croire à Steven qu’il a un coup de pied de 78 mètres.
Quoi Steven ? Mais non il n’a pas tenté une pénalité de 78 mètres, nooOoon, il a juste fait quelques mauvais choix, comme le mauvais choix que fait Pierrot de s’embrigader avec ce boit sans-soif de Fabien tout les week-end.
Et puis y’a Kouille qui est binaire; ou il franchit ou il est à l’arrêt.
Y’a Renaud, qui prend plus de cartons rouge que les vignerons de la région ne peuvent en produire.
Séb qui est convaincu qu’il peut se mettre à la faute tout les 10 placages, le seul truc s’est qu’il confond le nombre de placages qu’il fait et le nombre de clopes qu’il fument en un quart d’heure.
Victor qui essaie de nous faire croire qu’il n’est pas portugais pour ne pas avoir à réparer la porte du vestiaire.
Roukboul qui empoisonne ses partenaires pour être titulaire.
Bert qui était prêt à prendre le cagoulin pour faire croire qu’il avait joué.
Calu qui était disposé à s’appeler Bert pour exister...
Sinon, avant que l’arbitre ne se décide à arrêter prématurément le match parce que plusieurs joueurs se sont cassés les ongles en se griffant comme des cagoles qui se battent pour un string léopard pendant les soldes, nous avons inscrits des essais de belle facture avec des enchaînement avant / trois-quart intéressants même si nos marqueurs ont quand même été dans l’exploit individuel, individuel comme la sexualité de Pierrot !!!
A part ça, j’ai enfin eu mes dragées, bon ce ne sont pas des dragées mais après plus de deux mois à les réclamer je ne vais pas faire le difficile...
 

Le monde se divise en deux catégories...

Nous sommes revenus du déplacement à Pierrefeu avec une défaite au score lourd mais pas inintéressante de nos réservistes, 45 à 5, et un match nul par le score mais pas par la manière de nos équipiers premiers, 25 à 25.
Hopla ! Pause boogie...
https://youtu.be/1EIscgzQM2c
Après avoir filmé ça j’ai un moment pensé que je pourrais m’abstenir de faire un résumé de match tellement cette vidéo est nickédélique et raconte à elle seule tant de chose !
Mais si je fais ça, je ne laisserai pour l’histoire que le groove de JC alors que cette journée nous a apporté pleins d’autres enseignements que les générations futures exhumeront peut-être quand elles chercheront via Google “coup de pied de ouf des soixante mètres !
Mais bon, là je n’ai pas la vidéo de Steven , en même temps cela aurait été user de la pellicule pour rien car j’ai dit coup de pied de ouf, j’ai pas dit coup de pied réussi de soixante mètres !?!
Donc, y’a les mecs qui ont un flingue et ceux qui creusent, y’a les mecs qui tentent des pénalités et y’a Maxence qui les réussi, y’a des réservistes qui font un match plein de combativité et y’a Cabi qui démonte tout, y’en a qui font des passes au cordeau et y’a le Danjou qui fait des passes au...hasard.
Y’en a qui se retrouvent avec le nez comme une aubergine suite à ce combat dominical et y’a Chou que je soupçonne de s’être lui-même filer une poire pour avoir enfin un bleu. Y’a des ailiers finisseurs et y’a Loule et Fabien qui se finiront à la main. Y’a Jérôme et Cédric qui ont été pugnaces et pas qu’en mêlée et puis y’a Tchoutchou, y’a des gonzes qui courent et puis y’a Damien.
Y’a les bons chasseurs et y’a Fufu qui te tire une balle dans le dos, y’a des zigues qui font 160 bombes et qui se bougent, bon chez l’adversaire surtout, parce que nous y’a gros Tom qui a l’intestin fragile.
Et puis y’a des mecs organisés, qui préparent leurs affaires la veille, qui n’oublient pas leurs clefs, qui prévoit les moyens de paiement pour l’arbitre, qui partage le produit de leur pêche, qui savent que Santa n’est pas fiable, qui boivent des pastis dosés humainement, qui classent et préparent les licences rationnellement et puis y’a Claude..!
 

souriez...

 
 
SOURIEZ...
 
 
...vous avez gagné ! En voilà une belle journée en terre arlésienne ! Nos pugnaces réservistes ont montré la voie du courage et de l’envie en ramenant un bon match nul, 22 à 22, et du coup, les équipiers premiers ont été chercher une belle victoire 29 à 28.
Alors oui, je pourrais narrer les beaux mouvements initiés par nos inspirés 3/4, suite à la conquête appliquée de nos splendides avants. Je pourrais...mais je laisse ce types de commentaires aux mecs du Midol.
Non, je vais plutôt présenter ici la crème de nos joueurs. Le cœur du poulet, la race, le sang, le top du top...les nominés au cagoulin.
Pour les réservistes :
Philou pour être venu au match en croc. Il paraît qu’il va au resto en crampons !?!
Calu pour son inspiration de jeu au pied sur une pénalité. Aussi beau et efficace que Big qui tente un cad’déb !?!
Pierrot parce qu’il est cagoulin à vie, mais un peu aussi parce qu’il est ENFIN devenu un rugbyman en jouant pour la première fois devant.
Là vous faites un roulement de tambour dans votre tête, vous imaginez une trentaine de gonzes en train de crier “vier” pour élire leur favori et hop. C’est Calu qui gagne le droit de laver les maillots et surtout, de penser à utiliser un adoucissant à l’abricot parce que ses coéquipiers ils avaient bien aimé l’abricot quand Fono avait été cagoulin la saison dernière.
Mais bon, qui dit deux équipes, dit deux cagoulins. Et nous avons comme comme clients sérieux :
Le Doumeng pour son magnifique deux contre un négociait aussi bien que les drops de Steven.
Damien pour son placage en moonwalk sur un zigue qui lui rendait bien 20 kilos. Tout le monde rend au moins 20 kilos à Damien !?!
Fufu pour sa qualité à l’impact. Fufu il avait le choix entre la barbe et la force de percussion de Chabal. Oui c’est ça, il a choisi la barbe !?!
Et puis Pierrot bien sûr, c’est pas en douze lignes qu’il a perdu son titre de cagoulin à vie !!!
Alors là vous faites un roulement de tambour dans votre tête, vous imaginez une trentaine de gonzes en train de crier “vier” pour élire leur favori et hop. C’est Fufu qui gagne le droit de faire la lavandière et surtout, il faut qu’il pense à utiliser un adoucissant à l’abricot parce que ses coéquipiers ils avaient bien aimé l’abricot quand Fono avait été cagoulin la saison dernière.
Belle journée. Beaux matches. Bel état d’esprit. Oui, on peut sourire..!
 

Seniors 1 - SMUC, le 24/9/2017

 

incomprehensible

Défaite à domicile 24 à 19 contre le SMUC.
Comme résultat, c’est pas top pour lancer une saison, même si on a vu de belles choses aujourd’hui et ce, malgré l’absence de ma bergère dans les tribunes !
Non, ce que je ne comprends pas, c’est comment un arbitre peut siffler 29 pénalités (source Nielsen et Moussaps) contre l’équipe la plus souvent à l’initiative du jeu ?
Alors vous me direz c’est facile de se cacher derrière l’arbitre, lâche même et je vous répondrais...c’est pas faux.
Mais quand même, je ne comprendrais pas que ce dépositaire des règles ne se remettent pas en question sur la partialité de son arbitrage !?!
Après je ne comprends pas :
  • comment gros Tom est plus à l’aise dans mes crampons en 45 que dans les siens en 47 ?
  • comment Kouille peut jouer en sénior alors qu’il boude comme un minot de 8 ans ?
  • comment Séb arrive à courir aussi longtemps alors que ses poumons sont autant remplie de fumée que Guilhem donnerait du fil à retordre à un circonciseur ?
  • on appelle Tchoutchou comme ça parce qu’il est cheminot et on n’appelle pas Bert docteur alors qu’il est prof ?
  • comment Gitano il ne joue pas à Ibiza vu l’ambiance qu’il met dans le vestiaire ?
  • comment on n’est pas foutu de filer un coup de melon dans un regroupement alors que l’on balance quatre marrons dans une échauffourée ?
  • comment cette sacoche de Pierrot n’est pas le moins rapide des 3/4 ?
  • pourquoi les entraîneurs n’ont-ils pas toutes les réponses ???
Allez savoir..?
 

Les staffs

Seniors 1
LACAM Cl.
06 82 14 50 02
MELCHIONNE G.
06 86 75 00 07
Entraîneur
MELCHIONNE  G.
06 86 75 00 07
Entraîneur
HOCINE N.
 
Dirigeant
GONON  Ph.
06 07 14 10 41
Dirigeant
LACAM  Cl.
06 82 14 50 02
Seniors 2
E. MARTIN
PYCKOUT  C.
06 03 76 62 31
Entraîneur
PYCKOUT  C.
06 03 76 62 31
Dirigeant
MARTIN  E.
06 72 94 20 57
 
 
 
 
 
 
Les Pennes Mirabeau Cadeneaux Rugby - Maison du Rugby - 1308 , Avenue Paul BRUTUS - 13170 Les Pennes Mirabeau

    rugbypmcadeneaux@orange.fr